La Foire Européenne vient de fermer ses portes. A nouveau, le stand de la boulangerie a su véhiculer une image dynamique des artisans boulangers et proposer au public des produits de qualité et emblématiques de notre métier. Cela a été possible grâce aux bénévoles, tout aussi dynamiques, ainsi que par la précieuse collaboration des CFA, que nous remercions tous sincèrement. Je n’oublie pas les différents concours qui ont remporté leur lot de succès et mis en lumière un bon millésime de collègues méritants. Je leur renouvèle toutes mes félicitations pour leur succès.

Autre point important, le manque de main d’œuvre. Sujet sensible et récurrent auprès des nombreux collègues boulangers. Autrefois, le souci principal était de trouver du personnel aux qualifications satisfaisantes. Aujourd’hui, il semblerait, que la donne à changer et qu’il devient important de trouver un personnel fiable, convaincu, fidèle et sur lequel on peut avoir toute confiance. Tout simplement des employés présents à leur poste dans l’entreprise, sans surprise de désertion ou abandon de dernière minute.  La confiance est une condition essentielle à la base même du concept de « management ». Sans elle, aucun projet ou dynamique d’équipe n’est possible. Il est malheureusement devenu commun que les employés jettent l’éponge rapidement, abandonnent leur poste sur un coup de tête et ne se présentent plus en entreprise, ce qui est fort dommageable en terme de productivité.

Dans un premier temps, je pense qu’il est important de prendre soin de nos apprentis. Si un apprenti pousse votre porte, qu’il est motivé, sachez que demain, il peut devenir celui qui reprendra votre affaire. Invitez-le, tout au long de sa carrière, à participer à des stages de formation et de perfectionnement ou à s’évaluer et se mesurer grâce aux concours.

Pour cette fin d’année, autant dire que l’actualité est plutôt « bouillante » entre les dossiers retraites, économiques et écologiques. Espérons que ces sujets délicats sauront être traités avec intelligence par notre gouvernent sans aggraver la rancœur des gilets jaunes et inquiéter les dirigeants. 

Materne Hauk